Forum médiéval fantaisie : plus de 10 races jouables, 4 nations en compétition, des clans et des guildes pour pimenter le tout.
 

Partagez | 
 

 [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Race : anima Masculin
Âge : 35 ans

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : Saldawel
Rang : Noblesse de 3e rang
Titre : Ämbar d'Almetia
Métier : Ambassadeur pour l'Empire D'
Messages : 11

Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/t154-neilith-saldawel#429
[automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Mar 27 Sep - 21:46

La matinée commençait doucement dans le quartier du Comptoir des Echanges. Bien que les bâteux ne cessent d'arriver, de jour comme de nuit, les grands notables marchands et bourgeois se laisse porter par l'aube pour arriver à leurs comptoirs. Sur les docks, le travail a commencé bien avant que le soleil ne se lève, débarquant les derniers bâteaux arrivés et finissant de charger ceux devant partir avec la marée montante. Pour ma part, cela faisait depuis la nuit dernière que j'étais dans cet appartement particulier. Appartenant à un riche commerçant faisant affaires avec l'Empire, c'était un de mes endroits préférés pour me reposer un peu et traiter des affaires sensibles avec l'état. Toute l'ambiance de la pièce rappelait les états d'âme de la Cour Impériale, et me permettait de rester concentré avec le bon état d'esprit. Car en effet, on ne peut s'occuper des affaires tenant à l'Empire de la même manière qu'avec ma chère patrie des Lumières. Bien que je connaisse parfaitement les putridités qui se cachent sous les jupes d'Almetia, faisant barrière avec son aura de lumière, de richesse et de savoir, l'empire était plus rude, plus intraitables, et plus directe. Cela demandait plus de finesse à manier, et l'argent ainsi que les titres ne sont pas forcément des solutions à choisir pour arriver à ses fins. Quand la noblesse et les aristocrates s'épanchent dans des niaiseries de grandeur et d'esprit plus cultivés et illuminés, ils nient en même temps le recours à des actes directs et radicaux, pour le bien de leurs privilèges et de l'opinion du peuple sur eux. Cependant, en coulisse, ils sont les premiers à vouloir faire couler le sang, toujours dans leurs intérêts. l'Empire lui, était implacable et ne laissait pas de place à l'erreur. On voulait le sang, et on le montrait sans détour. Il n'y a pas de cachotteries d'intention, tout est clair. Mais il faut jouer d'autant plus serré, car la complexité de leur système est encore plus inextricable et dense qu'une tapisserie de soie.

Posant ma plume sur son encrier, je soupirais légèrement et regardais par la fenêtre. Mes yeux rivés sur l'aube tout juste sortie de son sommeil, mon esprit s'offrait le plaisir de divaguer quelques instants, rêvant d'un bon bain et de mets savoureux. Quelques esclaves aussi, pour satisfaire mes envies. Mais nous ne sommes pas dans l'Empire ici, je me dois d'y renoncer le temps de ma présence. Être Ambär d'Almetia pour l'Empire, ce n'est clairement pas une mince affaire. Je suis bien trop fait pour vivre là bas, et même si j'aime et suis loyal envers Almetia, je ne peux que regretter les quelques libertés de plaisir que je peus me permettre à la Cour de l'Empereur. Mon séjour sur Almetia devait durer quelques mois, le temps de régler des affaires courantes avec la guilde des marchands maritimes, la guilde des marchands terrestre, rencontrer quelques ministres, donner mes différents rapports au Régent en fin de règne ainsi qu'au Conseil des Sage. D'autres affaires requéraient aussi mon attention, dont une que j'avais presque oublié. Je reprenais mon écriture, parlant d'un sujet sans grande importance pour caresser dans le sens du poils un pion à ma disposition, quand on vint frapper à ma porte. Je fronçais des sourcils, mais répondit avec grâce, sans lever pour autant mes yeux de mon parchemin. Un des serviteurs de la maison faisait son entré. Un ancien esclave, en qui j'avais une relative confiance. Il m'informa qu'un certain Garmalek, capitaine du bateau provenant d'Elzéar, venait pour un entretien pressant, et délivrer son "paquet". Surpris, je regardais enfin ce serviteur anima-chien, qui tenait dans sa main un parchemin. Le sceau était celui du capitaine. J'invitais d'un mouvement de la tête le serviteur à entrer, ce qu'il fit en vitesse. Il me donna le parchemin, recula de quelques pas, et attendit mes prochains ordres. Je reconnaissais le scellé de cire noire, et décachetais la lettre tranquillement. Le texte était écrit d'une main bourrue, et le contenu semblait relativement commun, parlant de cargaison du dernier bateau arrivé. Mais des indices cachés dans ce texte, un codage précis et voulu, révélait un tout autre sens à ce texte. Je me mis à sourire, mon regard brillant d'une nouvelle lueur d'amusement. Je posais le parchemin sur la table, me tournant vers l'anima.


" Bien, faites le entrer. Et allez me chercher de l'alcool de Shimur, je crois qu'il en reste dans la réserve."

Le congédiant, il sortit et partit à sa besogne. De mon côté, je ne pouvais m'empêcher de sourire avec satisfaction, et un amusement certain. Cette affaire, qui datait de plusieurs semaines, avait été délicate, mais rondement menée par mes soins. Une recrue potentielle, que j'avais du extraire de l'Empire. C'était compliqué, et j'avais risqué beaucoup. Mais le jeu en valait la chandelle selon moi. Tout allait dépendre comment il allait payer sa dette. Il n'était sans doute pas encore au courant de tout ce que j'avais fait pour lui, et devait être persuadé que j'étais toujours celui qui l'avait trahi auprès de sa guilde d'assassin. Bon, c'était vrai, et je m'étais assuré qu'on ne lui dévoile rien. Il était bien trop divertissant et amusant pour moi de voir sa tête quand il me verra, et sa réaction allait promettre d'être intéressante. Je me demandais d'ailleurs quelle tête il avait à présent. Pour l'extraire de l'Empire, il avait certes fallaut persuader tout le monde qu'il était mort, mais il fallait aussi changer son physique par une magie interdite, histoire d'être certain que personne ne le reconnaisse. J'entendis du bruit dans les escaliers, et l'anima ouvrit la porte, laissant entrer une seule personne. C'était un humain, au visage carré, plutôt bel homme, à la démarche souple caractéristique des assassins. Il semblait légèrement perdu. Garmalek ne lui avait sans doute pas dit qui était ce fameux "contact" qu'il devait rencontrer pour régulariser sa situation et qu'on lui explique tout. De mon côté, je souriais à pleines dents, le regardant avec malice et parlant avec volupté et amusement.

" Et bien, je dois avouer qu'ils ont fait des merveilles pour votre remodelage. C'était douloureux, je suppose ? Enfin, peu importe, le passé est mort, et vous voilà ici."

Je me levais, le fixant toujours de mes yeux perçants. Avec ironie, je le saluais légèrement de la tête, lui faisant un accueil convenable pour un nouveau venu.

" Bienvenu en Almetia, Akanak Beornythas..."

Je me demandais bien ce qui devait lui passer par la tête en ce moment. Ce qu'il devait ressentir. Incompréhension ? Colère ? Haine ? Sentiment de trahison ? Bien que le sujet soit sérieux, je ne pouvais m'empêcher de penser à la manière de le tourmenter avec douceur, ce beau mâle attirant et encore tout jeune, perdu. Une proie d'apparence facile, mais dont malheureusement je ne pourrais profiter longtemps. Il ne m'était pas destiné, après tout. Mais ça, il ne le savait pas encore.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : humain Masculin
Âge : 20

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : /
Rang : Tiers
Titre : /
Métier : Assassin
Localisation : Albertia

Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Sam 8 Oct - 13:36

Akanak Beornythas. Je m'appelle Akanak Beornythas. Il m'a fallu plusieurs semaines pour m'y habituer. Quel drôle de nom ! Ce fut pareil pour mon nouveau visage. Je me souviens de la première fois où je m'étais placé devant un miroir. J'avais sursauté comme un animal apeuré. Pathétique. Je me faisais une raison maintenant, j'avais laissé mon passé derrière moi, sur l'une des îles d'Australis, là où on m'avait remodeler un visage et une nouvelle vie. Les reflets de l'eau et les miroirs me jouaient des tours, affichant l'image d'un homme que je ne reconnaissais pas. Ils avaient tout changé : mes cheveux, la forme de ma mâchoire, la couleur de mes yeux. Seule ma corpulence et mes capacités physiques étaient restées intactes. J'étais une autre personne et plus rien ne me rattachait à mon passé désormais. Hormis mes aptitudes du temps où j'étais à la guilde d'assassins de l'Empire D et la blessure dans le dos qui me faisait souffrir évidemment.

Je cogitais là-dessus à chaque instant. Mes ex-compagnons de guilde étaient au courant de ma trahison, ils avaient attendu mon retour de la capitale pour m'abattre. J'en avais donc déduit que ce foutu diplomate les avait mis au courant. J'aurais du m'en douter en fin de compte. Nous vivons dans un monde où les grands se moquent des petits.
Je revoyais encore la fureur dans les yeux de mes camarades, je sentais la douleur fulgurante dans mon dos, le contact glacé de l'eau lorsque j'avais basculé par dessus bord, ma vision qui se trouble, mon rythme cardiaque qui ralentit. Mais je n'étais pas mort ! Quelques fois, je me surprenais à penser que j'aurais préféré mourir, car maintenant, j'étais ballotté aux quatre coins de ce monde. Je savais pas où j'allais, ni pourquoi et qu'est ce que j'allais y faire. Le capitaine du navire qui m'avait repêcher, Garmalek un brave type, m'avait dit qu'il connaissait quelqu'un à Almetia et qu'il pourrait faire quelque chose pour moi, un "contact".  
Cela ne me plaisait pas du tout. Je ne savais rien sur ce qui m'arrivais, j'étais perdu, déboussolé, et ce n'était pas dans mes habitudes.  

L'arrivée au port d'Albertia me fit l'effet d'un choc. L'ambiance était totalement différente de celle de l'Empire. Je n'étais jamais allé à Almetia, même pas pour une mission. "Trop dangereux" m'avait-on dit. C'était vrai; à chaque coin de rue, on apercevait parmi la foule un ou deux soldats entrain de faire leur ronde. Et il y avait la réserve de l'armée des Léviathans à deux pas d'ici. Une complication non-négligeable pour des assassins. La masse compacte de personnes qui affluaient sur les quais m'oppressa soudainement. Les gens criaient, riaient, parlaient fort, et toute cette agitation me fit mal à la tête.
Un homme d'équipage m'attrapa par le bras et me demanda de le suivre. J'obéis, méfiant. Nous déambulâmes dans le dédale des rues. La foule diminuait peu à peu alors que nous entrâmes dans un quartier plus riche de la ville, probablement le Comptoir des Echanges. Je grimaçai à l'idée que ce "contact" soit un genre de bureaucrate avide et aigri, comme j'avais déjà eu l'occasion de rencontrer. Un homme nous attendait au pied de ce qui semblait être un petit immeuble très luxueux. L'anima me fit un signe de tête et m'invita à le suivre. Le membre de l'équipage s'était déjà volatilisé. Je suivis l'homme à l’intérieur, resserrant ma poigne autour de la dague que je cachais dans ma poche. Encore une chance que j'ai pu conserver la majorité de mes armes, elles me procurent un sentiment de sécurité inébranlable.
L'anima m'amena jusque devant la porte d'un appartement particulier. Je redoutai de plus en plus cette rencontre. Il poussa la porte et j'entrai.

Il était là. Lui, il était la, dans cette pièce. Neilïth Saldawel. L'homme qui m'avait trahi, s'était moqué de moi, m'avait quasiment jeté à abattoir. Mon sang ne fit qu'un tour, mais je me contrôlais. "Ne laisser entrevoir aucune émotion", credo des assassins. Je me répétais cette phrase dans la tête pour éviter d'exploser sur place. Qu'est ce qu'il faisait là ?! Il avait rompu notre contrat et maintenant il était devant moi, le même rictus insupportable scotché aux lèvres. Ses yeux brillaient avec la même lueur de malice que ce jour là, où j'ai eu l'impression de signer mon arrêt de mort.

" Et bien, je dois avouer qu'ils ont fait des merveilles pour votre remodelage. C'était douloureux, je suppose ? Enfin, peu importe, le passé est mort, et vous voilà ici."

Sa voix était toujours aussi insupportable à mes oreilles, remplie d'amusement comme si tout se passait comme il le souhaitait, et que ça en devenait drôle. Il se leva lentement et me salua de la tête. J'étais aux aguets, guettant le moindre signe suspect dans son comportement. Ma main dans la poche serrait toujours ma dague.

" Bienvenu en Almetia, Akanak Beornythas..."

Quoi ? Bienvenue ?! C'est tout ce qu'il a trouvé à me dire ? Et comment connait-il mon nouveau nom ? Il m'avait trahi ! Il m'avait dénoncé à mes camarades de guilde, sachant pertinemment qu'ils allaient se venger. Quel traître ! C'en était trop pour moi. Je m'avança rapidement vers son bureau en bois massif et ficha mon poignard sur le plateau, embrochant quelques documents au passage. Il leva un sourcil. J'explosai.

"Vous vous fichez de moi là ?! C'est vous ce fameux contact ?!"

Il ne me répondit pas tout de suite. Il avait l'air de juger la situation d'un air amusé, comme si tout, vraiment tout, était sous son contrôle. J'aurai donné cher pour savoir à quoi il pensait à ce moment. Ça me répugnait. Je me retins de l'attraper par le col.  

"Savez-vous au moins ce qu'il s'est passé là-bas, après notre "entretien"?!"

J'étais sur le point de tout détruire. Je ne comprenais rien à la situation. Pourquoi était-il là, bon sang ? Est-il au courant de tout se qu'il s'est passé ces dernières semaines ? Si oui, comment et surtout, pourquoi? Il me devait des explications. Ma blessure dans le dos me lança et je me jura intérieurement que ce foutu diplomate allait le payer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : anima Masculin
Âge : 35 ans

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : Saldawel
Rang : Noblesse de 3e rang
Titre : Ämbar d'Almetia
Métier : Ambassadeur pour l'Empire D'
Messages : 11

Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/t154-neilith-saldawel#429
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Dim 9 Oct - 14:59

La réaction était à la mesure de ce que j'attendais. Même, elle allait bien au delà, au point que je ne savais si je devais m'en réjouir ou non. L'excès d'émotion de cet homme, sa réaction violente et inutile qui consistait à lancer une dague sur de pauvre documents innocents, prouvaient qu'il n'était point fin et ne pourrait aller très loin dans ce que j'avas entrepris pour lui. Je le laissais tempêter, l'écoutant d'une oreille, souriant légèrement en m'amusant intérieurement de son ignorance. Quand je pus enfin placer un mot, ce fut avec un calme simple et un ton détaché que je répondis, le manque d'émotion vive et la placidité du ton faisant cruellement écho à l'ouragan qui venait d'éclater il y a quelques secondes.

"Voilà une réaction bien surprenante, surtout envers votre bienfaiteur.... Je pensais que vous auriez compris rapidement, mais il semble que j'ai... surestimé vos capacités."

Mon regard se fit légèrement déçu. Mes yeux l'avaient quitté quelques instants, regardant d'un air faussement distrait les documents embrochés avec injustice. Oui, s'il n'était pas rapide d'esprit, il n'allait pouvoir remplir les tâches que j'avais prévues pour lui. Mais ce n'était pas un grand mal, je trouverai toujours quelque chose à sa portée. Je m'approchais du bureau, laissant ma main glisser avec douceur vers la dague. M'en saisissant, je l'arrachais du bureau, libérant mon compte-rendu sur les derniers échanges d'épices avec l'Empire. Je répondis de nouveau, d'une voix plus ferme, montrant une légère impatience face à sa candeur et à son manque de vivacité d'esprit. Mes yeux s'étaient plantés sur lui, perçants comme une dague et accusateurs.

" Pensiez vous sincèrement qu'il suffisait de disparaitre comme ça, pour être débarrassé d'eux ? Pensiez vous qu'ourdir un tel plan sans qu'ils soient au courant puisse être du domaine du possible ? Pour un assassin de l'Empire, vous êtes bien naïf... Asseyez vous."

Ce dernier mot était un ordre clair et net, lui montrant d'une main lasse l'autre chaise qui était non loin du bureau. Pour ma part, je pris place sur mon siège derrière le bureau, gardant en main la dague et jouant avec de mes mains habiles. Je soupirais légèrement, me préparant à lui faire les explications en règle. Qu'il s'asseye ou non était son problème, que son confort soit sa croix, pas la mienne. Bien entendu, il ne serait pas bien avisé de sa part de se montrer entêté et de continuer à faire preuve de ressentiment, alors qu'il était le seul coupable de sa relative misère, et moi de sa potentielle liberté. Je lui racontais le comment du pourquoi, tentant de faire bon visage et de calmer mon impatience.

" Bien entendu que je sais tout ce qui s'est passé, vu que c'est moi qui l'ait orchestré. Pour vous rendre libre, libre de votre ancienne vie. Et pour cela, il fallait bien que vous mourriez sous leurs yeux. Changer d'identité et faire profil bas par la suite est bien plus facile. Quant au fait que je vous ais vendu... C'est pour bien entendu rester dans leurs bonnes grâces. Il serait stupide de se les aliéner. Et quoi qu'il en soit, je risque beaucoup dans cette affaire. Je suis bien plus surveillé qu'avant, et le simple fait de vous rencontrer aujourd'hui met en danger bien des choses."

Il est vrai qu'à présent la surveillance était plus tendue. D'où le fait que j'avais quitté l'Empire pour quelques mois, mais qui passaient relativement bien étant donné que ceci était prévu depuis longue date. J'avais cependant pris sur moi de différer de quelques semaines mon départ par rapport à la disparition d'Akanak, afin de ne pas éveiller trop de soupçons. Bien entendu, malgré le fait que j'avais vendu la mèche aux assassins, ils n'en restaient pas moins méfiant. Je me savais encore plus observé suite à cela dans l'Empire, et devais me douter qu'il en sera encore ainsi pendant quelques mois. Notre relative sécurité résidait dans le fait que les guildes d'assassins d'Almetia et de l'Empire ne sont pas en très bon termes, et qu'un assassin de l'Empire qui viendrait à mettre les pieds dans Almetia se verrait grandement en danger. Il n'y avait pas assez en jeu pour justifier une telle prise de risque, et détériorer encore plus les relations entre les guildes pour leur donner une excuse de s'en prendre à leur réseau. C'était un jeu de dupe, où tout le monde se regarde en chien de faïence et attend la moindre opportunité ou excuse pour sauter à la gorge de l'autre. Mais les forces étant équilibrées, il fallait bien préparer son coup avant de vouloir se lancer sur le champs de bataille de l'ombre.

Quelque chose me disait que le jeune assassin n'était pas forcément au courant de tous ces jeux de pouvoirs et de ces équilibres précaires. Il ne me semblait pas à même de prendre conscience des risques, ne connaissant pas la délicate et complexe composition de l'engrenage politique entre ces guildes. L'en informer n'était pas non plus nécessaire. Soit il avait la chance et l'intelligence de se renseigner, soit il devrait rester ignorant pour sa propre sécurité, sa vivacité d'esprit ne semblant pas être à la hauteur d'un tel savoir. Il se ferait plus de mal qu'autre chose le pauvre, et j'en pâtirais par la suite. Mais je ne pouvais nier qu'un tel danger m'amusait, et rendait tout ce jeu plus intéressant, plus excitant. Mon métier était de cet alliage, qui le rendait terriblement intéressant et addictif pour ma personne. Je repris le sujet, dardant sur Akanak un regard quelque peu las.


" Vous me devez la vie, Akanak. Soyez un peu plus reconnaissant, ou du moins montrez un minimum d'intelligence en le feignant."

La dague ne cessait de tourner entre mes mains expertes et agiles. J'aimais bien les dagues, elles sont pratiques d'utilisation. Mais les miennes sont plus légères, plus fines, et la lame plus tranchante. Le but n'était pas forcément la profondeur de l'impact, mais plus sa rapidité d'exécution et sa capacité à empoisonner la plaie. Car ma spécialité restait les poisons que je sécrétais, en bon anima-cobra que je suis. Une spécialité proche de celle ds assassins, à la différence que la mienne tenait plus du système de défense que de l'acte prémédité de tuer. Pour cela, je préfère laisser la chose aux professionnels tels que les assassins ou les Courtisans Impériaux. Je quittais peu à peu ma langueur et ma déception affichée, pour devenir plus sérieux et lui faire comprendre que ce n'était pas à lui de s'énerver, mais plutôt à moi. Il avait une dette envers moi, et se devait de la payer. Je me faisais un plaisir de le lui rappeler.

" J'ai investi une certaine somme sur vous. Organiser votre mort, vous soignez, vous ramener sur un bateau, changer votre identité, votre visage, vous amener jusqu'ici... Sans parler des risques encourus, votre situation est celle d'une personne endettée à un niveau qui ne vous laisse pas vraiment le loisir de faire un caprice ou l'étal de votre humeur."

Un petit rappel à l'ordre, gentil mais efficace. Je posais la dague sur le bureau, croisant les mains et le regardant avec plus d'intensité. Mes yeux brillaient d'une lueur nouvelle, celle d'une certaine attente, d'un passage décisif. Bien entendu, ma voix était toujours charmante et légèrement indolante, mais on pouvait sentir à la place de la déception celle de l'attente, d'un verdict qui pouvait faire changer toute prochaine action. Et c'était bien mon état d'esprit.

" Comme je vous l'avais dit, j'ai un moyen de vous faire rembourser votre dette, de manière raltivement avantageuse et qui devrait vous convenir, étant donné votre demande première quand nous nous sommes rencontrés. Seriez vous prêts à l'entendre, ou dois je vous calmer d'une autre manière ? "

Je souriais légèrement, mais mon regard ne souriait en rien. Perçant comme une lame, il semblait vouloir sonder l'âme de ce pauvre erre qui était sans doute tombé de Charybde en Scylla. Selon sa réponse, l'avenir pouvait se montrer souriant pour lui.
Ou bien mortel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : humain Masculin
Âge : 20

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : /
Rang : Tiers
Titre : /
Métier : Assassin
Localisation : Albertia

Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Mar 25 Oct - 13:37

Je fixai le diplomate quelques instants, tous mes sens aux aguets. Ma lame qui tournait entre ses mains réveillait mes réflexes et la tension monta d'un cran. Jouer la carte de l'agressivité n'était clairement pas le bon choix, surtout que je ne suis pas en position de force. Mon maître d'armes m'a toujours dit que mon impulsivité me perdra. Chacun possède ses défauts, j'imagine. Je me concentrai. Ralentir son rythme cardiaque. Inspirer. Expirer. Je me dirigeais vers la chaise que l'homme m'avait désigné d'un pas lent. Je m'assis et passa mes mains sur mon visage. Tout était donc orchestré depuis le début alors. J'avoue avoir été un peu naïf sur ce coup là. Mon impétuosité avait pris le dessus.

Me voilà dans une situation bien compliquée. J'ai évidemment une dette envers lui et ça ne me plaisait pas du tout. Il doit surement me sous-estimer à l'heure qu'il est. Se dire que je suis qu'un gamin naïf, pas très malin et sans aucune jugeote. D'ailleurs, il n'avait pas hésité à me le dire en face. Mais voilà, il ne me connaît pas. Je savais pertinemment qu'il avait pris un gros risque en me faisant venir ici. Les rumeurs des tensions entre les guildes vont vites dans l'Empire D. Je ne suis peut-être pas très "futé" mais je me renseigne vite. Ces pseudo-équilibres de pouvoir dirigent le monde, je le sais bien. Je me demande même comment mes ex-compagnons de guildes ont pu croire un diplomate, d'Almetia qui plus est. Il devait surement être sous surveillance à l'heure qu'il est.

Mais soyons honnête: si il en courrait de tels risques, pourquoi a-t-il pris la décision de m'aider ? Il aurait très bien pu me renvoyer d'où je venais avec les salutations de je ne sais quel venin. Lui aussi se retrouve dans une situation complexe et ce n'est certainement pas de ma faute, même si je ne réagis peut-être pas comme il l’espérerait. Sa volonté de me garder dans l'ignorance représente un risque pour lui, car mes actions deviennent imprévisibles. Non décidément, c'est un personnage très mystérieux.

Le silence commençait à devenir pesant dans la pièce. Je me redressai lentement sur ma chaise, changeant d'attitude. Le diplomate me proposait un moyen de rembourser ma dette.


"Comme si j'avais le choix.."

J'avais lâcher cette phrase dans un soupir. Il ne me croyais pas vif d'esprit mais je savais très bien ce qu'il allait me proposer. On en avait parlé lors de notre dernier entretien.
J'allais devenir un chien au service d'Almetia. Ça me coûtait de l'avouer mais c'était toujours mieux que de rester dans l'Empire et ses débauches, croupissant dans l'ombre à continuer à faire du mal. Je ne voulais plus de cette vie là.
Neilïth Saldawel attendait une réponse, il allait en avoir une.


"En vérité vous ne me laisser pas le choix, n'est-ce-pas ? Je sais pertinemment que vous risquez gros en me rencontrant ici, et je sais encore plus que ce serait très problématique pour vous si je ne montre pas docile. Vous êtes surveillé de tous les coins à cause de moi. Alors pourquoi vous avez décidé de m'aider ?"

Cette question m'avait brûlé les lèvres pendant longtemps. Je me fichai pas mal de son regard perçant. Il me fallait des réponses.

"J'ai ma petite idée là-dessus. Je vous amuse. Les micro-expressions de votre visage vous trahissent. Vous prenez un malin plaisir à défier le danger à tout bout de champ. Mais à trop jouer avec le feu, on se brûle. Vous m'avez volontairement tout cacher de votre petit plan, mais avez vous pensé à l'éventualité que je ne réagisse pas comme vous le souhaitiez ?"


Je pris une profonde inspiration. C'était clairement un coup de poker que je faisais là. Il ne fallait surtout pas dire un mot de travers.


"Vous êtes rusé, je le sais. Je suis bien loin d'être un idiot. D'ailleurs vous êtes sans doute entrain de me jauger et de réfléchir comment vous allez user de votre pouvoir pour arriver à votre fin. Mais je suis plus imprédictible que l'on ne le pense. Alors aussi bien pour vous que pour moi, je tiens à ce que vous m'informez de vos plans me concernant. J'imagine que je n'ai pas d'autre choix maintenant que d'écouter ce que vous avez à me proposer."


Je soufflais intérieurement. Je n'avais aucune idée si mon petit discours allait passer. Mon petit affront de toute à l'heure ne lui a surement pas plus et maintenant, j'appréhendais. J'appréhendais sa réaction, ce qu'il allait me proposer. Ses yeux perçants m'avaient scruté, je détestais cette sensation. La sensation d'infériorité face à quelqu'un de potentiellement dangereux. Neilïth Saldawel était puissant aussi bien politiquement et intellectuellement que physiquement. Les animas sont réputés pour être très fort au combat et je ne faisais clairement pas le poids. J'avais bien intérêt à réfléchir aux moindres de mes mouvements. Au final, c'était simple : soit je l'écoutais, soit il allait user "d'une autre manière" et c'était explicitement une menace.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : anima Masculin
Âge : 35 ans

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : Saldawel
Rang : Noblesse de 3e rang
Titre : Ämbar d'Almetia
Métier : Ambassadeur pour l'Empire D'
Messages : 11

Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/t154-neilith-saldawel#429
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Sam 29 Oct - 23:07

Akanak délia sa langue, plus que ce que j'aurais cru. Il ne se dérangeait pas de montrer son mécontentement, mais au moins il ne faisat plus preuve de sauts d'humeurs explosifs. Je l'écoutais, d'une oreille amusée au début. Il se plaignait qu'il n'avait pas le choix de toute manière, et cela me fit bien rire.

" Fu fu fu ... On a toujours le choix voyons. Seulement, certains sont plus faciles ou plus judicieux que d'autres."

Je l'écoutais à nouveau, mais avec de moins en moins de patience. Je levais les yeux vers le ciel pour lui donner la réplique, répondant d'un ton plus que blasé.

" Mon dieu, quelle 'perspicacité'... Et ne vous en faites pas, ce que vous décrivez n'est rien d'autre que mon boulot en tant que Diplomate. Pour ce qui est de vous aider... disons que j'y gagne quelque chose, en plus de votre joli minois ~..."

Je lui faisait un petit clin d'oeil, autant pour appuyer mon dernier propos que le mettre mal à l'aise. Presque tout le monde savait en Almetia que j'étais homosexuel, mais lui ne l'était sans doute pas. Sa réaction ne pouvait être que plus savoureuse, s'il était un peu prude sur certains principes. Ensuite, Akanak posa une question pertinente, à savoir mon intérêt dans l'affaire. Je lui expliquais simplement, ou plutôt en parlait sans vraiment être précis.

" Et le collatéral est toujours calculé selon les intérêts de chacun. Je suis certain qu'avec ma proposition, les chances de votre débordement seront très minimum. Et si ce n'est pas le cas, j'ai toujours un filet de sécurité pour m'assurer, quoi qu'il arrive."

J'espérais qu'il comprenait bien le message induit. Quoi qu'il arrive, j'ai toujours des plans B. Il parla à nouveaux, mais c'était pour de moins en moins me plaire. Ce qu'il pouvait être fatiguant à exprimer à voix haute ses pensés et ses réflexions. Il en gâchait mon plaisir, et menait à bout ma patience. Il ne semblait pas être si bête que ça, mais manquait d'un filtre entre ses pensés et sa jolie bouche. Je me levais, arpentant tranquillement le bureau.

" Pour en venir au vif du sujet, c'est un contrat que je vous propose. Ce contrat contient trois parties, inégalement réparties. La première, et la plus importante, c'est de vous fondre dans le paysage, en vivant une vie paisible, dans un endroit choisit et avec un métier choisis. Cette partie, qui doit vous sembler étrange, est en fait la pierre d'édifice pour notre deuxième partie, qui est l'espionnage. Selon votre métier, vous devrez surveiller certains fait et gestes, des rumeurs, des informations etc... Vous devrez obéir, quoi qu'il arrive, sans poser de questions, sur l'ordre qui vous sera donné. Il arrivera parfois des actes de vols ou bien d'assassinat, mais cela ne devrait pas être pour beaucoup."

Je ne mentionnais pas les Spectres de la Couronne, car ceux ci n'allaient pas forcément accepter un assassinde l'Empire s'il n'avait pas fait ses preuves. Et pour l'instant, mes petits test ne m'avaient pas montrés un très grand potentiels. Mais je continuais, attendant mon heure, et revenant à mon bureau pour m'asseoir face à lui.

" Alors ? Intimidé par ce genre de demande ? Des questions ? "

J'attendais de multiples questions, et préférais y répondre maintenant que d'avoir un ignorant sur la route. Cela montrerait aussi sa capacité de réflexion et de voir les avantages et les risques d'un tel contrat.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : humain Masculin
Âge : 20

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : /
Rang : Tiers
Titre : /
Métier : Assassin
Localisation : Albertia

Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Sam 3 Déc - 12:43

Plus cet entretien s'éternisait, moins je me sentais à l'aise. Neilïth était imprévisible et sournois, et ça ne me plaisait pas du tout. Mais je l'écoutais avec attention, je voulais des réponses, principalement à ma question sur son intérêt dans cette histoire. Il expliqua qu'il y gagnait quelque chose, ce qui ne m'étonna pas. Je le devinais opportuniste. Mais quand il parla de "mon joli minois", je me figeais. Mes bras se croisèrent automatiquement sur mon torse, dans un geste vif, peut-être pour me cacher de sa vue.

J'avais envisagé toutes les possibilités sur son intérêt pour moi. Ça aurait pu être de l'argent, ou des informations. Mais que ce soit ma personne elle-même qui l’intéresse, je ne m'y attendait pas. Autant mettre les choses au clair, il n'a pas intérêt à tenter quoi que ce soit. A ce moment là, je m'en ficherais si ça implique de se battre. Je m'en ficherais de mourir, même pour une chose aussi idiote. Son clin d’œil appuyé fit resurgir des souvenirs que j'aurais préféré oublier. L'empire D ne protège pas ses enfants orphelins.

Je m’enfonçais un peu plus dans mon siège. Je redoutais de plus en plus le contrat qu'il allait me proposer. Mais je continuais à parler, j'en avais besoin. Il fallait que je m'exprime. Je réprimais un sursaut quand il se leva.

Il m'expliqua son arrangement. Me faire passer pour un citoyen normal. En échange, obéir, surveiller, écouter les rumeurs. Peut-être tuer ou voler de temps en temps. Il me demanda si j'avais des questions.

Je me laissais un temps de réflexion. Ce contrat avait l'apparence d'un consensus ambigu. Il ne me disait pas tout. Et honnêtement je doutais de son intégrité. Il parlais avec beaucoup de circonlocutions et je détesta ça.

Ça allait être une tâche difficile, je n'en doute pas. Je vais devoir m’informer sur la face caché du microcosme politique d'Almetia, dont j'ignore la plus grande partie. Avoir des yeux et des oreilles partout.

J'avais énormément de questions. Je pris une grande inspiration.


"Primo, j'aimerais savoir pour qui je travaille et surtout pourquoi. Obéir aveuglement n'est pas vraiment ma tasse de thé alors je veux du concret, du précis. Qu'on me dise quels sont les enjeux. Sinon je ne pourrais pas faire du bon boulot"

Surtout, je ne pourrais pas monter les échelons. Mais ça, je me gardais bien de la dire. A terme, j'aimerai qu'on ai plus de considération pour moi, je ne sois plus qu'un vulgaire pion. J'allais devoir faire mes preuves et je comptais bien réussir.

"Secondo, je veux savoir si je jouis d'une quelconque protection. J'imagine que la garde royale et l'armée d'Almetia ne sont pas au courant de vos petits accords. Je veux savoir si il arrive un problème, me laisserez-vous tomber lâchement ?"

Bon là, je cherchais plus à me protéger. Imaginons que je me fasses attraper par l'armée, ce qui est une option non-négligeable, que ferait-il ?

"Tercio, comment se dérouleront les "missions" ? Qui me les donnera, où ? Et comment je communique avec mes contacts ? Je ne veux pas avoir à apprendre ce genre d'informations directement sur le terrain. Voilà"


Je conclus mon discours. Me fondre dans la masse, je ne pense pas avoir trop de difficulté à le faire. Le plus important, comme le dis Neilïth, est la deuxième partie du contrat. Le métier que j'allais choisir allait surement influencer sur la quantité d'informations que je pouvais devoir récupérer. Le meilleur métier pour récolter le plus de rumeurs est probablement dans les maisons closes. Mais ça, c'est hors de question. Travailler dans un bar ou un restaurant serait aussi avantageux. Ce n'était pas une décision à prendre à la légère. Mais une dernière interrogation me triturait l'esprit.

"En fait il y a une dernière chose... Vivre une vie paisible ? Ça implique de se marier ? ou d'avoir des enfants ?"

A vrai dire, mon expérience en vie amoureuse et sentimentale est plutôt inexistante et je préférerais que ça reste ainsi. Je ne suis pas très doué pour accorder beaucoup d'attention à une femme, ni pour m'engager à long terme. Et quand bien même, ce serait bien trop compliqué d'allier les deux parties du contrat avec une femme ou des gamins accrochés à moi.

J'attendais ses réponses. De toutes façons, qu'importe ce qu'il dise, je n'avais pas vraiment d'autres choix que d'accepter. J'espérais juste qu'il n'aller pas me lâcher dans la nature, comme un ignorant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : anima Masculin
Âge : 35 ans

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : Saldawel
Rang : Noblesse de 3e rang
Titre : Ämbar d'Almetia
Métier : Ambassadeur pour l'Empire D'
Messages : 11

Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/t154-neilith-saldawel#429
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Sam 25 Fév - 16:58


Cet homme était tellement amusant dans ses réactions et ses questions. Il voulait s'informer et ne pas se faire avoir, mais on sentait tellement la petite pointe de naïveté que cela en était trop mignon. Je me demandais réellement s'il allait être à la hauteur de mes espérances, et être viable en tant qu'agent des Spectres. Mais bon, pour le moment nous n'en étions pas là, et je m'amusais simplement de cette conversation. Je souriais, ne pouvant m'empêcher de le trouver adorables avec toutes ses petites espérances futiles. D'ailleurs, je ne m'empêchais nullement de lui remettre les pieds sur terre.

"Une telle réflexion est amusante pour un ancien chien de l'Empire, fu fu fu ~... Sache simplement que l'ignorance est ta meilleure carte pour survivre. Moins tu en sais, plus tu vivras longtemps."

C'était une vérité bien connu, et je m'étonnais qu'il n'en sache pas moins. Il venait d'arriver, comment peut il croire que nous allions lui faire confiance aussi rapidement et tout lui dire ? Pour qui il travaille, ça il ne le saura pas avant longtemps. Mais j'espérais au moins lui faire comprendre l'importance de la tâche, en lui résumant bien nébuleusement l'importance de ses missions futures.

" Mais je peux au moins te répondre sur les enjeux. Ceux-ci vont dépendre du type de mission que l'on te donnera. Cela pourrais être du niveau régional à l'international. Mais le moindre défaut dans un maillon, aussi petit soit il, peut engendrer des catastrophes à grande échelle."

Je soupirais légèrement, pensant ce qu'un simple grain de sable peut faire à tout un jeu de rouage complexe et raffiné. Je le regardais presque avec pitié, lui qui voulait tout savoir alors que c'était là le meilleur moyen de finir rapidement 6 pieds sous terre.

" Je ne peux pas vraiment te dire pour qui tu vas travailler, sans que l'on soit sûr de ta loyauté et que tu sois bien devenu un Almétien. Un espion à la solde de l'Empire n'est pas bon pour les affaires. Mais sois sûr d'une chose: sur Almetia, c'est le travail et le résultat qui priment. Si tu donnes de bons résultats, alors la confiance et les avantages viendront naturellement."

Je souriais légèrement, content de pouvoir mettre en avant cette fierté d'Almetia. Le travail, l'abnégation... Peut importe d'où l'on vient, on peut s'en sortir si l'on est assez malin et talentueux. Après, il est vrai que c'est toujours un bonus dans la vie que d'être né dans la bonne famille et au bon moment. Tranquillement, je répondis à sa deuxième question, qui faillit me faire lever les yeux au ciel. Il se croit où, dans une Maison de Nacre du Croissant Rouge ?

" Pour ce qui est de ta protection, tu auras accès à un minimum. Mais si l'on estime que ta situation met en danger toute la mission ou pire, tout le réseau, alors nous serons ceux qui allons te supprimer. Aussi simple et efficace que cela. Pour le reste, tu seras seul et devra te débrouiller avec les seules ressources que tu auras naturellement à ta disposition, ou les quelques aides que nous te donnerons. N'attends pas plus."

Je dardais sur lui un regard quelque peu agacé, comme pour souligner qu'il n'était pas là pour s'amuser.

" Nous ne sommes pas là pour vous chouchouter, mais pour avoir des agents discrets, débrouillards et efficaces."

Je revenais à sa dernière question, qui était plus pertinente. Je ne pouvais pas trop lui en dire, car on ne pouvait pas encore lui faire pleinement confiance. Tout en essayant d'être autant vague que précis, je lui décrivais le système de fonctionnement des Spectres, en omettant plusieurs détails comme ceux chargés de surveiller les Spectres et de les éliminer si besoin.

"Pour les missions, cela dépend vraiment au cas par cas. En général le système est discrets et efficace. Le réseau est organisé selon plusieurs fonctions: les acteurs, décideurs, fournisseurs et communiquant. Les décideurs vont donner un ordre de mission, qui sera colporté par les communiquants à l'acteur. Les fournisseurs sont là pour aider à la préparation des missions, pour donner discrètement à l'acteur du matériel, des informations etc... Tu seras donc relativement indépendant sur les actions à mener, et seul sur le terrain. Tu sauras facilement et intuitivement qui sont tes contacts et autres. Mais pour le moment, nous n'en sommes pas là avec toi. Il n'a pas encore été décidé quel rôle tu vas jouer dans ce réseau, donc ne t'enflammes pas."

Akanak eut une autre question assez... singulière. Je le regardais avec des yeux surpris, tombant vraiment des nues, avant de rire franchement face à une réflexion aussi simple, sincère mais déplacée.

"Ha ha ha ha ! Tu es vraiment comique toi... Il n'y a pas d'obligation sur la vie sociale, mais il faut savoir que si nécessaire, il faudra tout laisser tomber ou sacrifier. C'est mieux pour s'intégrer, mais c'est à double tranchant et peut s'avérer être un point faible que d'autres peuvent exploiter. Cela reste donc ton choix, mais pour plus de discrétion, l'intégration est la meilleure solution."

Je me levais, et allais chercher dans un placard trois dossier. C'étaient quelques parchemins rangés dans des poches en cuir fin, assez raffinées voir trop d'ailleurs. Rien ne semblait extraordinaire comme cela, mais la suite allait être intéressante pour lui.
Je revenais vers la table, le regardant avec autant d'amusement et de malice.


" Et maintenant qu'on en parle, je pense qu'il serait plus simple de te mettre directement le nez dedans. Vu tes antécédants, de ce qui a été analysés sur ton comportement et tes préférances, nous avons trois scénarios d'intégration à te proposer."

Je posais sur la table les 3 dossiers, les montrant ainsi à la nouvelle recrue. Me rasseyant sur ma chaise, je m'installais confortablement tout en lui faisant un signe de la tête pour qu'il se mette au travail.

" Lis, et fais ton choix. Bien entendu, il sera toujours possible de vivre ta vie comme tu l'entends ensuite, mais il serait plus avisé de commencer par ces pistes pour lesquelles nous pourrons t'assister et te fournir des alibis."


Dossier 1:


  • Région: Tyrène
  • Villes: Aldan, Méthirie
  • Métier: mercenaire / trappeur
  • Historique: ancien esclave de l'Empire, vous avez réussi à être sauvé par une patrouille d'ailes d'Argent alors que l'on vous transférait par bateau. Natif de l'Empire, vous ne connaissez rien d'Almetia, cependant vous souhaitez mettre à profit pour la nation qui vous a sauvés vos talents. Dans l'Empire, vous étiez là pour chasser et poursuivre des mécréants sur le territoire de votre maitre démoniaque. Vous avez donc l'habitude de chasser, d'être en forêt, de traquer et d'immobiliser des personnes, mortes ou vives. Vous avez entendu parlé des besoins près des mines de Méthirie et de la forêt d'Aldan, aussi vous vous êtes engagé dans la troupe des Merks Noirs qui protègent les mines et les caravanes contre les voleurs, les animaux sauvages. Vous voyagez beaucoup en Tyrène, vous allez souvent dans des tavernes et des points d'informations.
  • Objectifs: Maitriser le flux d'informations venant des grandes mines de la Tyrène, et gérer au mieux les flux de minerais et de pierres précieuses. Garder un oeil aussi sur les ingénieurs des mines. Vous devez vous rapprocher des hautes instances en gagnant leur confiance et en devenant indispensable pour les flux d'informations et de matériaux provenant de ces mines. Garder le contrôle sur les mines et les nouvelles découvertes en tant qu'informateur et protecteur.



Dossier 2:


  • Région: Naucladia / Almidie
  • Ville: Albertia
  • Métier: Commerçant ambulant d'armes et de produits de l'Empire
  • Historique:ancien esclave de l'Empire, vous avez réussi à être sauvé par une patrouille d'ailes d'Argent alors que l'on vous transférait par bateau. Natif de l'Empire, vous ne connaissez rien d'Almetia, cependant vous souhaitez mettre à profit pour la nation qui vous a sauvés vos talents. Dans l'Empire, vous saviez mener les négociations et avez une très bonne connaissance des produits de l'Empire. Armes, bijoux, fournitures, matériaux bruts... vous savez comment parler la langue de l'Empire et comment vous comporter face à eux. Vous avez entendu parler de la guilde maritime de Naucladia, et souhaitez l'intégrer comme interface de vente entre les arrivages des bateaux et la revente sur en Almetia. Vous venez d'intégrer la guilde, comme assistant de gestion des caravanes à destination de l'Almidie. Votre connaissance des combats est un plus pour défendre la caravane lors des voyages.
  • Objectifs: infiltrer la guilde Maritime et se rapprocher de ceux qui proviennent de l'Empire, comme les Vampires Modérés. Contrôler les informations et les flux de matériels rares, illicites ou bien de mesures étranges et non répertoriées. Monter en grade pour contrôler les caravanes allant de Naucladia vers le reste d'Almetia, et se rapprocher des instances qui décident des échanges avec l'Empire.


Dossier 3: ..... [création libre de ta part, construit le scénario que tu souhaites]



[choisis un des deux scénario proposé ou bien construis en un à ta mesure. Envoie le moi par mp avant de le poster, pour que Lady Almetia le valide]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : humain Masculin
Âge : 20

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : /
Rang : Tiers
Titre : /
Métier : Assassin
Localisation : Albertia

Messages : 32

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Sam 29 Juil - 15:45

Akanak avait observé les moindres gestes du diplomate, avait analysé les moindres expressions sur son visage et avait écouté attentivement chacun de ses mots. Maintenant, le jeune homme n'était plus sûr que d'une chose : il ne lui faisait définitivement pas confiance. Pas que ce n'était pas déjà le cas, mais maintenant il avait la certitude que c'était bien le seul point avéré et clair dans toute cette histoire. Il se faisait avoir sur toute la ligne c'était certain mais avait-il le choix ? Akanak en doutait dans ce cas présent.

Il jaugea un instant du regard les trois dossiers posés sur le bureau. Trois scénarii. Trois affectations. Trois colliers en fer qui allaient l’enchaîner à la nation d'Almetia, pas très emballant sur le papier. Mais c'était aussi trois possibilités de recommencer "presque" à zéro et c'était tout ce qui importait pour le moment à ses yeux. Le jeune homme soupira en en attrapant un au hasard.

Il ouvrit le dossier prudemment. Le papier était clairement de qualité supérieure à tout ce qu'il aurait pu se procurer dans l'Empire, ce grain n’apparaissait que très rarement au marché noir. Akanak ne put s'empêcher de faire glisser son pouce sur la surface, se demandant quelles sensations cela pouvait provoquer de dessiner dessus.

Il parcourut du regard les informations manuscrites. Celles-ci le désignait comme commerçant d'armes et de produits de l'Empire dans la région d'Albertia. Il continua sa lecture, son historique lui plaisait et était assez très accessible d'adaptation pour lui que s'en fut presque angoissant.

Puis il passa aux objectifs de l'affectation, la partie la plus décisive. Il fronça les sourcils : se rapprocher des commerçants et voyageurs de l'Empire ? Il en était hors de question. Que se passerait-il si il reconnaissait des personnes, des amis commerçants ? Et si jamais il laissait entrevoir par inadvertance qu'il en connaissait beaucoup plus qu'il ne le devrait sur les guildes de l'Empire ? Il se ferait démasquer c'était établi. Et il en courrait gros. Le moins de contact avec l'Empire il aura, du mieux il sera.

Il referma le dossier sans prendre la peine de le finir. Sa curiosité lui poussait à savoir comment les choses évoluaient à son ancienne guilde sans lui, mais sa raison l'emporta sur un non catégorique, il s'était mis en danger beaucoup trop de fois ces derniers temps à son goût. De plus, s'occuper de marchandises ne l'emballait pas plus que ça. Et dans la guilde maritime en plus. Il n'avait pas l'âme du large loin de là.

Il saisit un autre dossier et l'ouvrit sans attendre. Celui-là se révéla beaucoup plus intéressant. Mercenaire/ trappeur; voilà quelque chose qui lui collait à la peau. Méthirie était une ville qu'il connaissait de réputation et la curiosité du jeune homme fit encore des siennes. Dans l'Empire, on parlait beaucoup de cette ville-réserve de matière grise et il s'était toujours intéressé aux progrès scientifiques et mécaniques.

Plus il lisait, plus il se rendait compte que ce scénario était fait pour lui. Travailler avec les Merks Noirs ne lui posait pas grands soucis et pouvait même se révéler intéressant. Bon certes, il n'avait encore aucune idée de comment il devait se rendre indispensable là-bas mais il verra sur place, avec le temps. Tout l'emballait dans cette affectation : la travail, la région, ses tâches et objectifs à dissimuler. Il en finit même par oublier son potentiel recrutement par les Spectres par la suite qui le réjouissait de moins en moins.

Par précaution, Akan parcourut le troisième dossier. Rien ne retenait son attention et l'image de la ville minière restait gravé dans sa tête. Le voilà le style de renouveau qu'il attendait.

Il posa doucement les documents sur la table après avoir réfléchit quelques minutes, même si au fond de lui son choix était déjà fait. Il avait pris le temps de bien étudier tout les dossiers, de tout inspecter, chaque mots, chaque lignes, à la recherche d'une phrase ambiguë ou d'une clause écrite en petit sur les bordures de pages.  Lentement, il plaça le dossier de Méthirie au centre et l'avança du bout des doigts vers l'homme en face de lui, clarifiant son choix.

Akanak se renfonça dans son fauteuil et tout en soupirant. Il n'avait absolument rien dit lors de ce temps de réflexion. Il annonça d'un voix claire :


"J'aimerais plus d'informations sur les problèmes qu'ils ont là-bas."

Akanak croisa les bras. Encore une fois, il ne savait pas dans quoi il s'embarquait. Cette affectation était un collier en fer certes mais c'était le meilleur qu'il puisse trouver. Tout ce dont il se souciait maintenant c'était de pouvoir vivre au moins un jour sans se dire qu'il est rechercher mort ou vif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Race : anima Masculin
Âge : 35 ans

Nation : Nation d'Almetia
Clan/Grande Famille : Saldawel
Rang : Noblesse de 3e rang
Titre : Ämbar d'Almetia
Métier : Ambassadeur pour l'Empire D'
Messages : 11

Voir le profil de l'utilisateur http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/t154-neilith-saldawel#429
Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le Dim 6 Aoû - 16:01

Akanak prit son temps, mais je le laissais faire. Cela me donnait amplement le temps de profiter d'une boisson et d'observer son visage si bien remodelé. Ses expressions changeaient en parcourant un dossier d'un autre, laissant voir son intérêt. Je souriais légèrement, amusé par une telle vision. Il finit cependant par faire son choix, mettant en avant l'un des trois dossiers et demandant des explications sur celui ci. Je regardais la reliure, reconnaissant de quoi il s'agissait. Je soupirais légèrement, pensif.

" Méthirie, hein... "

Je posais mon verre, essayant de me rappeler tous les tenants et aboutissants de ce dossier. Celui ci était revenu sur la table, car trop d'agents étaient morts ces derniers temps. Mais ça, je n'allais pas lui dire.

" C'est une zone industrielle possédant deux grandes richesses: les ressources de la montagne et les ressources de l'esprit. Ces deux types de biens attirent des convoitises, autant auprès de personnes d'Almetia que d'autres nations."


Je me levais, marchant tranquillement dans la salle. C'était une habitude quand je parlais tout en réfléchissant.

" Les minerais et gemmes extraites vont attirer la plupart des brigands et autres trafiquants. Sur le route on aura des attaques de caravanes, mais à l'arrivée également du détournement de marchandise. C'est pourquoi il est important de trouver la branche pourrie et corrompue pour s'en débarrasser. Les brigands et animaux sauvages sont eux un quotidien qui font le charme de la région dirons nous ~ ...."

Je souriais et posais sur lui un regard amusé, me disant que pour lui avec l'Empire cela ne devait pas faire grande différence. C'était le côté facile de la mission, pour ainsi dire.

"Pour ce qui est des ingénieurs, nous avons d'autres soucis. Du vol de brevets, des enlèvements et demandes de rançons. Parfois certains ingénieurs disparaissent pour des raisons obscures. Soit dans les mines, dans dans la ville minière."

Je soupirais encore, retournant à mon siège confortable. Je ne pouvais lui en dire plus pour le moment. Il y avait des choses pour lesquelles il devait se rendre compte par lui-même. Expliquer ne servirait à rien, ou plutôt le désservirait.

"Méthirie a un grand potentiel, et c'est une ressource très importante d'Almetia. Nous devons la sécuriser et nous assurer que l'avidité de certains ne viennent pas mettre en péril ce bijoux de développement. "

Une fois assis, je reprenais mon verre, fixant le potentiel futur-ex-Spectre d'un regard pénétrant et légèrement moqueur.

"D'autres questions ? "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
posté le

Revenir en haut Aller en bas
 
[automne 4601] Une nouvelle Vie (Akanak + Libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Exilés d'Abyndal :: Almetia, Nation des Lumières :: Naucladia :: Albertia, Port de Commerce-